Browsing articles in "Peter"
Avr
29

Le mur des cons et la dictature de la pensée

By Le_Taulier  //  Peter  //  No Comments

Le mur des cons, scandale !

Des juges qui font une liste « mais sur quel critère ? » demande naïvement Jef Copé. Bah, c’est écrit en bas à droite mon Jefounet, pour intégrer le tableau il faut… être con. Et comme on est tous le con de quelqu’un, nous pouvons donc en conclure qu’il s’agit d’une liste subjective de cons, donc que cette « liste » reflète un sentiment, une pensée.

Qu’apprend-on donc ? Que selon le syndicat de la magistrature (SM), ceux qui critiquent les juges, qui remettent en cause l’indépendance de la justice, sont des cons ? Fucking big news !

Le mur des cons est un thermomètre, la maladie est le désamour des membres de ce bureau pour les personnalités affichées. Qu’on se rassure, c’est réciproque. Le papa d’une victime criait au scandale de se voir lui aussi placardé. Mais ce n’est pas qu’un papa de victime, c’est aussi un monsieur engagé, qui a des idées et qui les exprime publiquement, notamment via des bouquins. Et qu’exprime-t-il ? « Toutes les familles de victimes qui peuvent ainsi constater le mépris et la haine que ce syndicat de magistrats éprouve à leur égard ».

Vous avez bien lu, des juges qui haïssent les victimes se sont réunis dans un même syndicat pour s’encourager les uns les autres à permettre, j’imagine, au violeurs et aux assassin de faire leur métier comme tout honnête citoyen. Et le mec s’étonne d’être sur le mur des cons.

Alors qu’a fait le Nouvel Obs, oubliant au passage d’élever le débat ? Ils ont fait au journaliste qui aurait (selon libération) pris les images le même procès que les anti-SM font au mur des cons. Dans leur article ils vont reprocher au journaliste, sous prétexte d’être de droite, mais bien hein, de ne pas pouvoir faire son travail correctement.

La dictature de la pensée, donc

On ne peut pas reprocher à un être humain, journaliste ou juge, d’avoir des idées. Mais les deux, une fois dans le prétoire ou devant sa feuille blanche, doivent oublier leurs a priori. Le cœur de leur métier est précisément là, porter un regard neuf et le plus objectif possible afin de garantir une forme d’honnêteté.

Nous savions que le SM ne pouvait pas piffrer ses « cons » comme toute la rédaction de France 3 connaît les opinions du journaliste qui aurait volé ces images. Mais tout ceci appartient à la sphère privée. Non il n’est pas interdit de penser Patrick, toute pensée est autorisée.

Mais si vous voulez vraiment vous offusquer du mur des cons, alors il vous faudra, ce n’est pas négociable, vous offusquer du CV du journaliste de France 3.

Avr
19

Les quatre débats du mariage pour tous

By Le_Taulier  //  Peter  //  No Comments

Ce qui est chiant avec les sujets complexes, c’est qu’ils requièrent du temps pour être développés. Que les médias en manquent, ça n’étonnera personne. Mais que les députés de droite ne soient pas capables d’avoir un argument un peu intelligent, c’est assez attristant.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le débat est en fait quatre débats :

1- Pour ou contre l’homosexualité ?
2- Pour ou contre le mariage homosexuel ?
3- Pour ou contre l’adoption simple par les couples homosexuels ?
4- Pour ou contre l’adoption plénière par les couples homosexuels ?

1- Pour ou contre l’homosexualité ?

Certes, cette question ne fut pas officiellement posée, mais qui doute de l’homophobie de nombre des manifestants ? Le pire : les tracts façon civitas qui se passent de commentaire. Mais il ne faut pas oublier les autres formes d’homophobie, comme celle de croire que le mariage homosexuel pourrait conduire à l’inceste, la zoophilie, c’est homophobe car c’est considérer l’homosexualité comme une déviance comme une autre. Homophobes également les députés qui en allant se battre dans l’assemblée hurlaient « la France n’est pas gouvernée par le lobby LGBT », car il est un fantasme, le même que celui qui voudrait qu’on soit gouvernés par les juifs ou les francs-maçons. Le bon vieux fantasme de l’ennemi invisible, la peur qui en découle, la haine qui suit.

L’homosexualité n’est pas un choix, et je serais bien incapable de dire d’où elle vient, comment elle apparaît chez ceux qui le sont, comment elle s’affirme. Non, je ne suis pas moi-même homosexuel.

L’homophobie existe, certains semblent le découvrir aujourd’hui. Pourquoi croyez-vous que les homosexuels se trouvent en plus grands nombres à Paris ? Effet de mode ? Lobby ? Non, refuge. Les homosexuels sont des réfugiés à Paris, ce lieu où ils trouvent d’abord l’anonymat, puis des alliés.

Quand vous débattez, n’oubliez jamais cette première question car elle est fondamentale.

2- Pour ou contre le mariage homosexuel ?

Peu nombreux. Ils sont très peu nombreux les opposants au mariage homosexuel ? Ce qui les gène ? Le mot mariage. Certes, le mot fait référence à une tradition bien religieuse, mais il est civil aujourd’hui. Ils sont nombreux les pays très catholiques qui n’y voient aucun inconvénient. Hormis ce mot, rien ne s’oppose au mariage, pas le moindre argument n’a été entendu. Tout le monde est pour la sécurisation des conjoints, pour que chacun ait les mêmes droits. Tous les arguments se concentrent sur la question des enfants, mais ça, ça commence au prochain paragraphe.

3- Pour ou contre l’adoption simple ?

L’adoption simple, c’est octroyer des droits sur un enfant à quelqu’un qui n’en est pas le parent biologique. Cette adoption simple permet notamment au conjoint du parent biologique de s’occuper des basses tâches administratives et d’avoir un lien avec l’enfant en cas de drame. Ce n’est pas anecdotique, c’est même le fondement de cette loi, ce qui en est l’impulsion. Trop de malheurs nous furent racontés dans les médias de familles endeuillées et puis déchirées.

L’adoption simple permet aussi à un couple d’adopter un enfant. Ce processus aujourd’hui si complexe, si exigeant. Nul doute qu’il le sera encore plus pour les couples homosexuels. Nul doute qu’ils devront montrer une patte plus blanche que blanche, se montrer plus équilibré, avoir un désir d’enfant encore plus fort, pour pouvoir espérer obtenir l’adoption d’un enfant. Le désir d’enfant, le purgatoire que constitue l’attente, les contrôles, tout cela n’empêchera certainement pas les problèmes, mais ce ne seront pas des enfants de capotes troués, de pauvres bougres obligés de rester ensemble. Ce ne seront pas des enfants de cas sociaux.

Ces enfants ne seront pas moins bien éduqués, au contraire ils seront éduqués dans la complexité de la vie. Ces enfants existent déjà, en offrant une existence juridique à leurs parents, nous leur offriront une normalité à même de favoriser leur intégration à l’école. Le rejet des homophobes ou de leurs enfants n’est pas et ne sera jamais un argument valable.

4- Pour ou contre l’adoption plénière ?

L’adoption plénière efface toute trace des parents biologiques. Ce à quoi l’utérus de Frigide Barjot dit non.  C’est elle qui le dit. L’adoption plénière est un débat qui dépasse largement la question des couples homosexuels. A-t-on le droit de refuser à un enfant le droit de savoir qui il est, d’où il vient biologiquement ? Le débat dépasse largement le mariage pour tous et pourtant ses opposants le mettent en avant, arguant qu’on « ne ment pas aux enfants ».

Mais qui sont les menteurs ? L’adoption plénière par un couple homosexuel ne pourra jamais être un mensonge pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas crédible. Aucun couple homosexuel ne fera jamais croire à son enfant qu’il est né de deux mamans ou de deux papas (bon, peut-être un ou deux, laissons la place au doute et à la connerie des gens). Les seuls à avoir la possibilité matérielle de mentir sont les couples hétérosexuels puisqu’en l’occurrence, sauf en cas de couleurs de peau différente, ils pourraient faire croire à leur enfant qu’il est le sien.

Le débat de l’adoption plénière, comme le débat de la GPA, ne sont pas liés à l’homosexualité, cet argument ne vaut donc pas.

5- Question bonus : La procréation médicalement assistée

Reste en conclusion la question de la PMA. La PMA est l’intervention de la médecine pour aider à la procréation, ça sert donc généralement pour les couples qui n’y arrivent pas naturellement. Peut-on associer l’homosexualité à une forme de stérilité ? Le débat est ouvert car après tout, l’homosexualité n’est pas un choix, l’impossibilité de procréer est donc subie. Ce sera au législateur d’en décider, mais pour cela, il lui faudra être capable d’en discuter.