Avr
29

Le mur des cons et la dictature de la pensée

By Peter  //  No Comments

Le mur des cons, scandale !

Des juges qui font une liste « mais sur quel critère ? » demande naïvement Jef Copé. Bah, c’est écrit en bas à droite mon Jefounet, pour intégrer le tableau il faut… être con. Et comme on est tous le con de quelqu’un, nous pouvons donc en conclure qu’il s’agit d’une liste subjective de cons, donc que cette « liste » reflète un sentiment, une pensée.

Qu’apprend-on donc ? Que selon le syndicat de la magistrature (SM), ceux qui critiquent les juges, qui remettent en cause l’indépendance de la justice, sont des cons ? Fucking big news !

Le mur des cons est un thermomètre, la maladie est le désamour des membres de ce bureau pour les personnalités affichées. Qu’on se rassure, c’est réciproque. Le papa d’une victime criait au scandale de se voir lui aussi placardé. Mais ce n’est pas qu’un papa de victime, c’est aussi un monsieur engagé, qui a des idées et qui les exprime publiquement, notamment via des bouquins. Et qu’exprime-t-il ? « Toutes les familles de victimes qui peuvent ainsi constater le mépris et la haine que ce syndicat de magistrats éprouve à leur égard ».

Vous avez bien lu, des juges qui haïssent les victimes se sont réunis dans un même syndicat pour s’encourager les uns les autres à permettre, j’imagine, au violeurs et aux assassin de faire leur métier comme tout honnête citoyen. Et le mec s’étonne d’être sur le mur des cons.

Alors qu’a fait le Nouvel Obs, oubliant au passage d’élever le débat ? Ils ont fait au journaliste qui aurait (selon libération) pris les images le même procès que les anti-SM font au mur des cons. Dans leur article ils vont reprocher au journaliste, sous prétexte d’être de droite, mais bien hein, de ne pas pouvoir faire son travail correctement.

La dictature de la pensée, donc

On ne peut pas reprocher à un être humain, journaliste ou juge, d’avoir des idées. Mais les deux, une fois dans le prétoire ou devant sa feuille blanche, doivent oublier leurs a priori. Le cœur de leur métier est précisément là, porter un regard neuf et le plus objectif possible afin de garantir une forme d’honnêteté.

Nous savions que le SM ne pouvait pas piffrer ses « cons » comme toute la rédaction de France 3 connaît les opinions du journaliste qui aurait volé ces images. Mais tout ceci appartient à la sphère privée. Non il n’est pas interdit de penser Patrick, toute pensée est autorisée.

Mais si vous voulez vraiment vous offusquer du mur des cons, alors il vous faudra, ce n’est pas négociable, vous offusquer du CV du journaliste de France 3.

Leave a comment